REMAS alerte sur les risques liés à la non prise en compte des puits de carbone

Des experts se réunissent pour évaluer les risques d’émissions de CO2 associées aux incendies de forêt

Le comité de pilotage du projet Interreg SUDOE REMAS-SOE3/P4/E0954 « Gestion des risques d’émissions de gaz à effet de serre dans les incendies de forêt » s’est tenu à Madrid les 19 et 20 février 2020. Le projet mené par l’Association des municipalités forestières de la Communauté de Valence (AMUFOR, Espagne) fait intervenir des partenaires tels que l’Université Polytechnique de Valence (UPV-ITACA), l’Université de Valence (UV-CIDE), le Conseil provincial de Valence (DIVAL), l’Institut national de recherche et de technologie agricole et alimentaire (INIA, Madrid), la municipalité de Loulé (CML, Portugal), l’Institut supérieur d’agronomie (ISA, Lisbonne), Bordeaux Sciences Agro ainsi que d’autres partenaires associés.

Le projet REMAS dispose d’un budget de 1,8 million d’euros et est financé par le programme de coopération territoriale de l’espace Sud-ouest européen (Interreg SUDOE) grâce au fonds européen de développement régional (FEDER).

Le projet s’intéresse aux risques d’émissions de gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère à la suite d’un incendie de forêt. Compte-tenu de la prolifération de ces feux de forêt dans la région du SUDOE, le consortium REMAS s’attache à modéliser les risques d’émissions des GES en tenant en compte à la fois du carbone stocké dans la biomasse aérienne et dans le sol. La quantification et la spatialisation de ces stocks de carbone dans les écosystèmes forestiers permettent de connaître son risque d’émission et d’identifier ainsi les zones critiques les plus à risque afin de concentrer les efforts de prévention, de gestion, d’extinction et de restauration.

D’une durée de trois ans, le projet REMAS permettra de quantifier le risque d’émission de certains des écosystèmes les plus représentatifs du territoire SUDOE. Les connaissances acquises seront transférées aux autorités et aux techniciens par le biais de formations spécifiques qui permettront de valoriser les connaissances scientifiques acquises dans le cadre du projet à la réalité du territoire SUDOE.